Sektion des Monats

ArtForum Bellelay

La Fondation

Renate Buser, BAROCK, 8-teilige Installation, 1800x1482 cm, Bellelay, 2014

La Fondation de l'abbatiale de Bellelay a pour but de mettre en valeur le site historique de l'ancienne abbaye. Depuis 51 ans elle organise notamment une exposition d'art contemporain par année et depuis 2008 elle met l’accent sur le dialogue entre l’architecture et l’art contemporain et invite des artistes suisses à concevoir des installations in-situ. Boris Rebetez, Christian Gonzenbach, Catherine Gfeller, Florian Graf, Rudy Decelière, Romain Crelier, Renate Buser, Philippe Queloz et Charles François Dulain ont pu présenter leurs œuvres à l’abbatiale. Le Conseil de Fondation de l’Abbatiale de Bellelay a créé en 2010 sous le nom d’ArtForum Bellelay une association regroupant les personnes prêtes à soutenir la fondation dans ses activités qui ont pour but la mise en valeur du site de Bellelay. ArtForum Bellelay organise et finance des événements ponctuels en relation avec les thématiques des expositions.

AIRE DE BELLELAY – une installation monumentale de Haus am Gern

Aire de Bellelay, Haus am Gern, Photo Rudolf Steiner

L’installation AIRE DE BELLELAY de Haus am Gern est inhabituelle. En entrant dans l’abbatiale, les visiteurs qui connaissent ce lieu jadis sacré seront surpris. Ni l’harmonie symétrique, ni le cortège des colonnes conçu par l’architecte Franz Beer, un des représentants du schéma de plan des cathédrales du Vorarlberg dont l'abbatiale est un exemple typique, ne sont visibles. En lieu et place de l'harmonie du lieu, un espace antagonique s'impose.

Les arêtes tranchantes d’un objet noir et monumental contrastent avec les formes galbées des stucs et de la voûte. L’espace inondé de lumière et le blanc dominant sont littéralement absorbés par cet objet. L’installation, qui au premier regard apparaît comme bidimensionnelle, nous renvoie à nous-même: nous nous trouvons devant une énigme visuelle, dont la réponse se trouve en nous, ou peut-être au dos du monolithe. La curiosité nous pousse à explorer ce lieu devenu inconnu, en nous frayant un chemin vers de nouvelles prises de conscience de l’espace, et de nous-même. De l’autre côté l'installation est couverte de miroirs. Le spectateur pénètre dans une pièce virtuelle, résultat de l'intrication de l'espace réel et de ses reflets. Il y rencontre son reflet, quadruplé.

Avec AIRE DE BELLELAY, Haus am Gern réussit une transposition contemporaine du concettismo baroque. En faisant cohabiter l'installation contemporaine et l'espace baroque, les artistes défient les lois géométriques du lieu et permettent des révélations étonnantes.

Aire de Bellelay, Haus am Gern, Photo Rudolf Steiner

Evènements

 

Samedi, 27 juin à 17h, vernissage

Dimanche 30 août à 17h « John & Yoko reloaded »
Performance musicale avec Big Zis & Max Usata (vocals), Hans Koch (heartbeats)

Dimanche 6 septembre à 17h   « Orgelspiegelungen »
Daniel Glaus, l’organiste à la collégiale Saint-Vincent à Berne (Berner Münster), joue aux deux orgues, assisté par Hans Koch, musicien Bienne

Histoire – La légende

C’est au début du XIIe siècle, en 1136 selon la légende, que Siginand, prévôt du chapitre de Moutier-Grandval, s’égara en poursuivant à la chasse une laie – femelle du sanglier. Après trois jours d’errance dans les forêts de la région, il fit un vœu. Il promettait, s’il était sauvé, d’ériger une chapelle à l’endroit où sa belle laie avait été tuée et de lui donner le nom de l’animal qui l’avait induit en danger. On sait aujourd’hui que «belle laie» désigne plutôt une belle forêt, d’après le bas latin «bella lagia».

Les faits historiques
Des documents historiques mettent la fondation de l’abbaye de Bellelay à l’actif de Siginand, entre 1140 et 1142. L’abbaye fut d’abord habitée par des chanoines venus de l’abbaye du Lac de Joux, des prémontrés qui, fidèles à la règle de saint Norbert, recherchaient des marécages sauvages pour les transformer en contrées fertiles. On admet toutefois que l’endroit où fut placée l’abbaye de Bellelay avait été soigneusement choisi, contrairement à la légende. Elle se trouvait sur la voie romaine Petinesca (près de Bienne) - Pierre-Pertuis – Mont-Relais (Les Rangiers) - Mandeure (10 km au sud de Montbéliard, au bord du Doubs). En 1142, l’abbaye était bel et bien construite, le pape Innocent II lui ayant confirmé des posses¬sions telles que les églises de Boécourt, de Saint-Ursanne, de Nugerol (qui deviendra plus tard la «Blanche-Eglise» de La Neuveville) et des vignes au bord du lac de Bienne. Une administration avisée, de nombreuses faveurs, firent de Bellelay pendant plus 600 ans un établissement riche et considéré. C’est ainsi qu’en 1414, le Concile de Constance, auquel participait l’abbé Henri Nerr, accorda à ce dernier et à ses successeurs le droit de porter l’anneau, la mitre et la crosse. L’abbé de Bellelay obtenait en quelque sorte le rang d’évêque. L’abbaye de Bellelay fut frappée trois fois par des incendies. Le premier intervint en 1402 et fut suivi d’une reconstruction immédiate. Pendant la Guerre de Souabe, en 1499, sévit le deuxième incendie, allumé cette fois par des soldats pillards. La consécration solennelle de la nouvelle église, de style gothique, eut lieu en 1513. Vers la Pentecôte de 1556, un troisième incendie dévasta l’abbaye qui se releva de son malheur grâce à des contributions venues des paroisses de Soleure et de Delémont.

Franz Beer – 300 ans de l’abbatiale de Bellelay
Dès la fin du XVIIe siècle commença l’époque la plus glorieuse de Bellelay, avec l’édification des constructions grandioses que l’on peut encore voir aujourd’hui. L’auberge (l’actuel «hôtel de l’Ours») date de 1698 et a été construite sous la direction de l’abbé Frédéric de Staal, dont les armoiries se trouvent au-dessus de la porte d’entrée. De 1710 à 1714, sous l’abbé Jean-Georges Voirol des Genevez, fut construite l’église actuelle de style baroque, d’après les plans de l’architecte autrichien Franz Beer. L’intérieur de l’église, d’une rare noblesse, est un véritable chef-d’œuvre d’art baroque. Quand on la compare avec l’église de Saint-Urban/LU, construite par le même architecte, on peut se rendre compte de ce que devait être l’abbatiale de Bellelay. De 1728 à 1736, l’abbaye fut construite à neuf, sous l’abbé Jean-Baptiste Sémon de Montfaucon. L’abbé Grégoire Joliat, qui dirigea l’abbaye de 1743 à 1771, fit édifier le mur d’enceinte, le moulin, le grand jardin et deux magnifiques fermes dont l’une a malheureusement brûlé en 1959. Le portail d’entrée a été réalisé sous la direction du 42e et dernier abbé de Bellelay, Ambroise Monnin. Pour les 300 ans de l’abbatiale de Bellelay la fondation a entrepris des travaux de rénovation important. Au cours de ces travaux l’ancienne crypte a été aménagée et héberge depuis 2014 l’exposition historique.

Informations

Heures d’ouverture
14 juin – 7 septembre 2014
Lu-Ve 10 - 12 / 14 -18, Sa-Di 10 - 17

Contact
Abbatiale de Bellelay
2713 Bellelay

Marina Porobic, commissaire
0764218912

www.abbatialebellelay.ch